L’histoire du Ragdoll

Le Ragdoll est le fruit d’une intervention humaine comme beaucoup de races de chats aujourd’hui. C’est une éleveuse de persans américaine, Ann Baker, qui en est à l’origine.

Le Ragdoll vient de Californie, où Joséphine, une chatte de gouttière Angora (à poils mi-long) vivait non-loin de chez Ann Baker, chez ceux que l’on appelait « les Pennels ». Cette chatte était assez sauvage et comme elle n’était pas stérilisée, avait des portées de chatons régulièrement, mais ces chatons étaient sauvages. Un jour, Joséphine fut percutée par une voiture. Elle fût soigné par Ann Baker à l’université voisine. L’éleveuse remarqua que le caractère de la chatte avait changé : elle était plus proche de l’homme.

Lorsque Joséphine eut de nouveau des chatons, ces derniers avaient, eux aussi, un caractère plus « cool » que ceux des portées précédentes. Ann Baker remarqua aussi que les chatons, quand ils étaient portés se relâchaient : le tonus musculaire se détendait plus facilement un peu à la manière … d’une poupée de chiffon (« Ragdoll » en anglais). Ann Baker trouvant cette particularité très intéressante décida de créer une race en partie basée sur le caractère exceptionnel de ces chatons. Elle emprunta aux Pennels un chat qui avait l’apparence d’un sacré de Birmanie nommé Blackie, décrit par Ann comme ayant des gants blancs et une petite tache sur le nez. Elle le fit s’accoupler avec Joséphine (dans certaines sources que j’ai pu trouver Blackie serait en fait un persan issu de l’élevage d’Ann Baker elle-même de couleur Black and Brown), de cette union naquit Daddy Warbucks. Ann acquit aussi une fille de Joséphine prénommée Buckweat. Après une union entre Joséphine et Daddy Warbucks, Ann garda une femelle : Fugianna.

Et voilà, les trois fondateurs officiels de la race étaient nés. Ensuite il y eut beaucoup de mariages consanguins entre frères et sœurs, parents et enfants, dans les premiers temps, afin de fixer les caractères de la race. Au début, le Ragdoll n’était pas encore comme on le connait aujourd’hui (point, bicolore, mitted), il ressemblait même plus aux ragamuffins d’aujourd’hui. Ann Baker gérait sa race de façon très « marketing » imposant des clauses extravagantes à quiconque voulaient acquérir un Ragdoll. C’est un couple d’éleveurs Laura et Dany Dayton qui mit fin, plus ou moins, à cette dictature. Ces derniers étaient fascinés par les Ragdolls point aux yeux bleus, ils créèrent leur propre club et voilà : le Ragdoll que nous connaissons le mieux était né.